jeudi 26 février 2015

La société de consommation



Nous vivons dans une société de consommation, et après tout, elle a ses intérêts. Nous avons la chance, pour la plupart d'entre nous, de manger à notre faim, d'avoir un logement, rempli avec toutes sortes d'équipements, et plus de vêtements que nous ne pouvons en porter en un mois (ou six parfois).
Nos enfants sont couverts de cadeaux pour Noël et pour leurs anniversaires, ils ne manquent de rien, nous parents avons même tendance à culpabiliser lorsqu'on ne leur achète pas immédiatement ce qu'ils demandent.
Si on compare aux générations précédentes, pas si loin, nos propres parents (enfin je parle pour moi qui approche les 45 ans!), le changement est énorme. A part les familles aisées, il était normal d'avoir comme cadeau de Noël, à l'époque, ce dont on avait besoin (un cartable, des chaussures) et pas ce dont on avait envie. Nos grands-mères rallongeaient les pulls trop petits, et les vêtements et les chaussures faisaient bien plus de générations que maintenant.

Je pense que sincèrement, nous devoir nous réjouir de vivre dans un tel confort, et je ne parle pas des progrès de la médecine, des transports en commun, du droit des femmes et des enfants ...

Pourtant, autour de nous, la vie semble être une course sans fin: travailler plus pour consommer plus, consommer plus pour montrer qu'on a réussi, .... En 50 ans, nous sommes passés d'un consommation de besoin à une surconsommation incroyable, et pourtant les gens ne semble pas plus heureux, continuent à se plaindre, à se comparer aux autres qui sont plus riches, qui ont plus ...

Nous semblons incapables d'apprécier ce que nous avons déjà. Les magazines, la télévision, la publicité, nous poussent à vouloir toujours plus, à chercher dans la consommation un bonheur inaccessible. Tout est prétexte à consommer pour "se faire plaisir":
  • mon chef est content et m'attribue une prime: je vais m'acheter quelque chose pour fêter ça
  • j'ai eu une dure journée/semaine au bureau, mon chef est un con: je vais m'acheter quelque chose pour me remonter le moral
Objectivement, combien de temps dure ce "bonheur" d'avoir acheté un vêtement ou une paire de chaussures ? Le temps de le porter le lendemain pour retourner bosser ?

Faire du shopping est devenu un passe-temps. Personnellement je suis effarée quand des amies me racontent qu'elles ont passé le samedi en famille dans un centre commercial. Pas seulement parce que je n'aime pas les centres commerciaux, mais surtout parce que leurs enfants grandissent avec les valeurs de la société de (sur)consommation: consommer pour être heureux.

 

Les pièges de la consommation


Nous avons besoin de consommer, pour manger, nous équiper, nous habiller, écouter de la musique, acheter des livres (quoique)... Ce que la société de surconsommation nous fait croire, c'est que d'avoir plus, un plus grand appartement, une plus grosse voiture, des vêtements plus à la mode ou de marque, ... nous rendra heureux. En réalité, ce que nous apporte cette surconsommation c'est:
  • devoir travailler plus pour payer tous ces produits et leur entretien
  • moins de temps libre (acheter et entretenir ça prend du temps)
  • de l'envie: il y aura toujours quelqu'un qui a une plus belle voiture ou de plus beaux vêtements
  • de la culpabilité: d'avoir dépensé plus que prévu lors d'une sortie shopping
  • de l'encombrement: des tiroirs et des placards qui débordent
  • un impact fortement négatif sur l'environnement
  • de la culpabilité, encore, en pensant aux conditions de travail dans les pays ou les vêtements sont fabriqués
  • de l'endettement, lorsqu'on emprunte pour s'acheter une nouvelle voiture par exemple
Ce fameux bonheur de consommer est vraiment à très court terme ! Parfois il est interrompu dès le passage en caisse quand la vendeuse nous fait le total de ce qu'on achète (pour moi c'est toujours bien plus que ce que j'avais estimé de tête!)

Comment faire ?


A priori, consommer moins c'est facile, ça ne devrait pas demander d'effort. Et pourtant, nous sommes sans arrêt sollicités par des messages conçus par des professionnels pour nous donner envie d'acheter toujours plus.Il faut vraiment, en tout cas au début, se forcer pour éviter les achats inutiles et/ou impulsifs. Quelques trucs:
  • limiter autant que possible les expositions à la publicité (télé, magazines)
  • ne pas faire les soldes
  • analyser chaque impulsion d'achat pour en trouver les vraies raisons (faire comme un collègue, essayer d'impressionner le voisin parce qu'on a une plus grosse voiture, croire qu'on sera plus jolie dans un autre pantalon ...)
  • attendre avant d'acheter: ressortir du magasin, faire un tour réfléchir à cet achat: dans la pratique 3 fois sur 4 on n'y retournera pas !
  • trouver d'autres occupations: profitez de vos amis, de votre famille de vos enfants, promenez-vous, cuisinez, allez au cinéma, lisez, faites du sport, jouez à des jeux de société ... Il y a des tas de choses à faire autres que du shopping ou des projets (parce que passer des heures sur internet à choisir sa prochaine voiture c'est aussi du shopping on est bien d'accord !)
  • passez à une garde robe minimaliste (Projet 333)

Sur le front du désencombrement


Avec la grippe qui est passée chez nous et la fatigue qui a suivi, je dois dire que je n'ai pas tellement avancé. Les ventes d'affaires de ski sur leboncoin se sont un peu calmées maintenant que les vacances sont là, mais au final nous avons vendu pour 65€, c'est déjà ça. Je ne sais pas trop ce que je vais faire du reste des affaires.
Pour l'instant, aucun contact pour acheter ma guitare. Et je n'ai pas encore mis ma voiture en vente car j'attends que le garagiste finisse de réparer mon pare-chocs (il lui manque une pièce).
Je continue à analyser toutes nos dépenses et à voir où on peut économiser. En y passant 5 minutes tous les jours c'est assez facile à faire. Mais c'est trop tôt pour faire un bilan ou des projections.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire